Francesca DEGO

Violoniste
  • Représentation: France

Biographie

Célébrée pour la richesse de sa sonorité, ses interprétations exigeantes et une technique éblouissante, Francesca Dego est une des violonistes de la jeune génération les plus demandées sur la scène internationale. Artiste Deutsche Grammophon depuis 2012, elle a enregistré en 2017 avec le City of Birmingham Symphony Orchestra dirigé par Daniele Rustioni un disque de concertos (Paganini et Wolf Ferrari) qui a reçu un accueil enthousiaste. A l’automne 2018 est paru un disque intitulé « Suite Italienne » qui rend hommage à l’esthétique et l’influence du style italien du 20ème siècle.

Née à Lecco (Italie) de parents italien et américain, Francesca Dego se produit avec de grands orchestres et on peut citer parmi ses engagements les plus récents et ceux à venir : le Philharmonia, le Hallé orchestra, le Royal Philharmonic, le Royal Scottish National Orchestra, le Gürzenich Orchestra Cologne, le Tokyo Metropolitan, Tokyo Symphonic Orchestra, Orchestra Ensemble Kanazawa, l’Orchestre de Chambre de Lausanne, Teatro Regio de Torino, l’Orchestre Philharmonique de Nice, l’Orquesta de Sevilla et celui de la Comunidat Valenciana, l’Auckland Philharmonia, Las Vegas Philharmonic, le Santa Barbara Symphonic, le Het Gelders Orkest et Orkest van het Oosten.

En Italie, elle retourne cette saison à l’Orchestra della Toscana, à l’Orchestre « Verdi » de Milan et à la Filarmonica Arturo Toscanini avec qui elle donnera la création mondiale de Luci danzanti nella notte de Cristian Carrara. Elle jouera le premier Concerto de Paganini avec « Il Cannone », le violon du compositeur, dans le cadre du Festival Paganini de Gênes, avec l’Orchestre du Teatro Carlo Felice.
Elle se produira également dans les festivals de Stresa, Pergolesi Spontini et Gravedona (festival de musique de chambre qu’elle a co-fondé en 2018).

Sa carrière internationale l’a amenée à se produire sous la direction de chefs renommés tels Sir Roger Norrington, Paul Goodwin, Christopher Hogwood, Yoel Levi, Grant Llewellyn, Diego Matheusz, Shlomo Mintz, Daniele Rustioni, Karen Durgaryan, Gemma New…

Passionnée par la musique de chambre, Francesca Dego a joué ou va jouer avec Salvatore Accardo, Bruno Giuranna, Piers Lane, Jan Lisiecki, Kathryn Stott, Mischa Maisky, Antonio Meneses.

Sa partenaire habituelle en récital est Francesca Leonardi. Le duo va se produire cette saison à Paris (Auditorium du Louvre), Grenoble (Musée) mais aussi à Rome, Washington DC et au Festival de Ravinia. Les deux artistes donneront l’intégrale des sonates pour violon et piano de Beethoven à l’Unione Musicale de Torino.

Francesca Dego est lauréate de nombreux concours nationaux et internationaux, dont le célèbre Concours Paganini en 2008.
Elle a également reçu le Prix Enrico Costa pour en avoir été la plus jeune finaliste.

En 2014 et 2015, elle a été choisie comme soliste des concerts de l’Armistice donnés à Rome en 2014 et 2015 et diffusés par la RAI dans le monde entier.

Par ailleurs, elle participe activement à des magazines spécialisés, écrivant notamment pour la BBC, The Strad et Strings Magazine. Son premier livre « Tra le Note. Classica : 24 Chiavi di lettura » vient d’être publié aux éditions Mondadori. Elle y explore la façon dont la musique peut - de nos jours - être mieux écoutée et comprise.

Francesca Dego habite à Londres et joue un violon de Francesco Ruggeri (Cremona 1697).

www.francescadego.com/

2019-10
Davide Cerati

Presse

Apart from her exceptional command of the instrument, the distinguishing feature of Francesca Dego's playing is her beguiling tendency towards temporal fantasy, especially at the lower end of the dynamic spectrum.

The Strad – February 2019

In the Adagio, the beauty of Dego’s playing soared through the hall floating above the restrained and balanced orchestral accompaniment. There was an instinctiveness between soloist and conductor that became evident here, an expressive use of rubato at key moments, careful and controlled but never overdone which provided a moment of reflection and a chance to breathe.

Backtrack.com – November 2018

Dego has all these qualities in abundance and is clearly well aware of the operatic vocal nature of the music… Dego is absolutely superb in both works, but particularly in the lengthy first movement of the Paganini.

The Whole Note, April 2018