Alexandra SOUMM

Violoniste
  • Représentation: France

Biographie

Alexandra Soumm est une artiste aux multiples facettes, aussi à l’aise en concerto qu’en musique de chambre.

Sa saison 21/22 sera marquée par sa nomination en tant qu’Artiste Associée à l’Orchestre Symphonique de Mulhouse, lui permettant de se produire tout le long de la saison en musique de chambre mais aussi comme soliste dans les concertos de Bartok, Bach, Max Richter, ainsi que le double de Brahms pour l’ouverture de la saison avec le violoncelliste Gary Hoffman.

Elle fera également ses débuts avec l’Orchestre de Rochester dans la Symphonie Espagnole de Lalo, et retrouvera le Konzerthaus de Vienne dans son projet Odyssées avec le vibraphoniste Illya Amar.

Parmi les orchestres avec lesquels elle a collaboré ces dernières années, on peut citer l’Orchestre Philharmonique de Los Angeles, l’Orchestre Philharmonique de Londres, l’Orchestre Philharmonique d’Israel, l’Orchestre Symphonique de Montréal, le NHK, l’Orchestre Metropolitan de Tokyo, l’Orchestre de Paris, l’Orchestre du Capitole de Toulouse, l’Orchestre Philharmonique de Monte Carlo, l’Orchestre National de Bordeaux…

Elle soutient grandement la nouvelle génération de musiciens, en se produisant avec le Youth Orchestra of the Americas, l’Orchestre de la Animato Foundation, la Sphinx Foundation et donne des master-classes en Amérique, au Vénézuela, Brésil, Belgique, Royaume Uni, Japon, Israel et Kenya depuis plus de 10 ans.

Elle a été dirigée par des chefs tels que Neeme Järvi, Marcelo Lehninger, Tugan Sokhiev, Herbert Blomstedt, Rafaël Frühbeck de Burgos, Yoel Levi, Vladimir Spivakov, Lionel Bringuier, Benjamin Lévy, Thomas Sondergard, Gilbert Varga, Juano Mena, Mirga Grazinte-Tyla, Osmo Vänska, Marin Alsop, Kazuki Yamada…

En tant que chambriste, Alexandra Soumm s’est produite à l’Auditorium du Louvre (Paris), au Palais des Beaux Arts (Bruxelles), au Wigmore Hall de Londres, au City of London Festival et au Toppan Hall (Tokyo). Elle a également donné des concerts dans de nombreux festivals internationaux : Schleswig-Holstein, Mecklenburg-Vorpommern, Deauville, Menton, Montpellier, Saint-Denis, Strasbourg, Sceaux, Verbier et les Sommets Musicaux de Gstaad.

En Grande Bretagne, elle a reçu le London Music Masters Prize en 2012, et également été nommée New Generation Artist (BBC Radio 3) de 2010 à 2012, ce qui lui a permis de se produire avec la plupart des orchestres de la BBC.

Elle aime travailler avec des compositeurs contemporains, notamment Christoph Ehrenfellner qui lui a dédié son second concerto pour violon et un quatuor à cordes, ainsi qu’Eric Tanguy, qui a composé une pièce pour soprano et piano à partir du poème « Cercle » écrit par la jeune soliste.

Alexandra Soumm a enregistré deux disques pour le label Claves : les premiers concertos de Bruch et Paganini en 2008, ainsi que l’intégrale des sonates pour violon et piano de Grieg (avec David Kadouch) en 2010.

Née à Moscou, Alexandra Soumm commence le violon avec son père dès l’âge de 5 ans. Elle donne son premier concert deux années plus tard. Elle poursuit ensuite ses études à Vienne auprès du célèbre pédagogue Boris Kuschnir et remporte le concours de l’Eurovision en 2004.

Elle est très impliquée dans l’Académie Internationale Seiji Ozawa en Suisse, à laquelle elle a participé durant 12 années.

Désormais basée à Paris, elle crée avec deux amis l’Association Esperanz’Arts en 2012, aboutissement de 4 années d’implication dans des projets caritatifs et artistiques.

Elle a été nommée marraine d’El Sistema France en 2013.

En 2018, elle a rejoint l’équipe pédagogique et artistique de l’Ecole Musica Mundi en Belgique.

https://www.alexandrasoumm.com

2021-02
Béatrice Cruveiller, Dan Carabas, Lyodoh Kaneko

Presse

Il faut redire ici l’extrême qualité de son jeu : justesse sans faille, équilibre des registres, finesse des phrasés, perfection absolue des délicats passages en harmoniques…

Serge Chauzy Classic Toulouse, 14 Janvier 2013

Alexandra Soumm, violin soloist in Lalo's Symphonie Espagnol, seemed to take all the applause in her stride as she captured the flamenco and tango moods of the work's highly atmospheric and virtuosic five movements. Her violin sang with all the dark, sultry passion of a Carmen. The audience loved her and were rewarded with a beautifully reflective Telemann encore.

Wiliam Ruff Nottingham Post, 13 March 2015